Ravel (Puy-de-Dôme) Entre Limagne et Livradois

  • Ravel (Puy-de-Dôme)
  • Ravel (Puy-de-Dôme)
  • Ravel (Puy-de-Dôme)
  • Ravel (Puy-de-Dôme)
  • Ravel (Puy-de-Dôme)

Accueil du site > Tourisme > Etang de Ravel

Etang de Ravel

 

Mis en service en 1977, ce patrimoine naturel, situé entre la rue de Pontaret et les carrelages de Ravel, portait déjà son nom avant ses aménagements actuels…

Un peu d’histoire :

Sur la carte de Cassini (1750) :
L’étang est déjà répertorié

Sur le cadastre Napoléonien :
- En lieu et place de l’étang se trouvait une réserve d’eau pour un moulin situé sur la parcelle de l’actuel local des pompiers.
- Juste en amont, ce trouvait la chaussée de l’étang (remplacée en 1976 par la digue de l’étang)
- Ce moulin portait déjà le nom de moulin de l’étang. En effet, à cette époque, il y avait quatre moulins sur notre commune : d’Est en Ouest : moulin de la Verse, moulin de l’étang, moulin Rodier (dernier en activité : jusqu’en 1914) et moulin Pinau, tous appartenant à des propriétaires privés.
- Trois rases (fossés servant à réguler l’écoulement des eaux de la réserve lors des fortes pluies) apparaissent en lieu et place de l’étang actuel.
Une d’entre elles, centrale, servait à alimenter le moulin de l’étang, une autre à l’ouest se déversait dans une gobe* et la dernière, côté Est s’écoulait vers l’ancien pont (où se trouve actuellement la buvette).

Les terres où se situe l’étang appartenaient au citoyen de Boysseulh (L’amiral d’Estaing n’ayant pas de descendant direct, c’est à sa sœur, épouse du marquis de Boysseulh, qu’il fît acte de donation de ses terres et du château de Ravel en 1768)
Ces terres étaient pour la plupart des marécages, des broussailles, fréquentés par des poules d’eau ! A l’époque, la route ou plutôt le chemin passait derrière la buvette (qui bien sûr n’existait pas…) et côté Ouest un fossé très profond longeait le chemin de Soulane.

Dans les piles de l’ancien pont (entre la buvette et les sanitaires), se trouvent toujours les saignées qui servaient à faire coulisser des planches afin de réguler le niveau de l’eau.

En 1896, suite à une inondation, le canal d’évacuation d’eau s’étant effondré et l’étang s’étant rempli, une saignée due être faite dans la chaussée pour évacuer l’eau.
Ces terres, même assainies, restaient principalement des marécages.
Dans les années 50/60, le caniveau qui évacuait les eaux s’étant à nouveau écroulé, l’étang s’était naturellement remis en eau sur une superficie de 1 ou 2 hectares.

Naissance de l’étang

A l’occasion du remembrement**, ces terres étant très peu fertiles et n’intéressant pas les agriculteurs, la commune en devint propriétaire avec déjà l’idée d’en faire un étang.

La demande est faite en préfecture le 18 avril 1973 et acceptée le 02 janvier 1974

Deux emprunts de 100 000 Francs permettaient de lancer les travaux.

C’est le projet présenté par le cabinet BISIO qui fût accepté par le conseil municipal.

C’est l’entreprise Couturier de Vic le Comte qui commença les travaux de terrassement en avril 1976, année de la sècheresse.
Malgré des conditions climatiques très clémentes, les engins s’embourbaient souvent dans la partie marécageuse, mais les travaux ont pu être terminés au mois d’octobre.

Les 10 et 11 novembre suivants, des pluies torrentielles tombèrent jour et nuit. Le niveau du ruisseau était plus élevé que celui de l’étang. L’eau pénétrant par la buse d’arrivée bouillonnait jusqu’à une trentaine de mètres. Le soir du 11 novembre l’eau s’écoulait par le moine*** : l’étang était plein ! 5 hectares d’eau qui venaient changer le paysage !

Vie de l’étang

En décembre 1976, le premier empoissonnement de l’étang fût réalisé par un pisciculteur à la demande de la municipalité. Celle-ci ne souhaitant pas s’occuper la gestion de l’étang, plusieurs éventualités avaient été envisagées : Fédération de pêche du Puy de Dôme, comités d’entreprise…mais comme aucune d’entre elles ne permettaient aux Ravellois de pouvoir profiter pleinement de ce nouveau site, une réunion publique fût organisée dans le but de la création d’une société de pêche. 

Lexique

*Gobe ou gaube : creux, cuvette, concavité. Aurait donné plus tard le nom de gobelet

**Le remembrement rural est une procédure ancienne d’aménagement foncier visant à résoudre les problèmes posés par le morcellement des propriétés, l’enclavement des parcelles, la spéculation foncière ou encore l’étalement urbain. Son principe est de faciliter la redistribution des terres de manière à augmenter la taille des parcelles, améliorer leur configuration et éventuellement réduire les distances par rapport à l’exploitation.

*** Moine : ouvrage d’art qui a deux fonctions. La première est de réguler le niveau d’eau en évacuant l’eau froide venant du fond de l’étang vers l’extérieur, la seconde est de permettre la vidange de l’étang pour le curer et le nettoyer, tout ça en évitant la fuite des poissons…
2 moines sur l’étang : 1 à l’entrée qui sert de vase communiquant avec la réserve, 1 à la sortie.

Plus de détails...édition 2017



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP